Revalorisation : le point sur le socle et le pacte

Publié le 29/06/2023

La revalorisation de la rémunération des enseignant·es passe pour le gouvernement par le socle et le pacte. La Fédération Fep-CFDT a créé des fiches pour que les collègues de l’Éducation nationale s’y retrouvent dans ces mesures.

Le socle concerne tou·tes les professeur·es. Certaines de ses mesures vont dans le bon sens et prennent en compte des propositions faites par la Fep-CFDT. Il participe bien à la revalorisation. Le pacte, quant à lui, ne s’adresse qu’à celles et ceux qui le souhaitent. Il va faire gagner plus, certes, mais en demandant de travailler plus. Il est donc légitime de dire qu’il ne participe pas de la revalorisation.

LE SOCLE

La revalorisation indemnitaire augmente les indemnités de suivi et d’accompagnement des élèves. L’ensemble des enseignant·es percevront 2 550 euros brut par an, soit 1 350 euros en plus pour les professeurs du premier degré ; 1 294 euros en plus pour leurs collègues du second degré, et 1 550 euros en plus pour les enseignant·es  documentalistes.

 

Par ailleurs, les professeur·es principaux et principales de 1re, terminale et 2nde année de CAP verront la part modulable de l’Isoe augmenter de 50 % (voir ci-dessous.)

Enfin, la prime d’activité est revalorisée, dès l’année de stage, pour les 15 premières années, jusqu’à l’échelon 7. (Voir le détail de l’augmentation ci-dessous.)

Concernant les perspectives de carrière, l’augmentation du taux de promotions donnera la possibilité de passer au grade de la hors-classe un an plus tôt, en moyenne. (Voir ci-dessous.) Quant à la classe exceptionnelle, un 5e échelon est créé dès 2023. Il sera accessible à tou·tes après 3 ans dans le 4e. En 2024, les viviers seront supprimés.

Par ailleurs, les maîtres contractuels titulaires ont désormais la possibilité de passer le concours de Conseiller principal d’éducation.

LE PACTE

Le pacte en premier degré propose deux types de missions.

Celles de face-à-face pédagogique quantifiables concernent : le soutien en maths et français en 6e (18 h), considéré comme prioritaire ; le dispositif « devoirs faits » (24 h), les dispositifs « stage de réussite » et « école ouverte » (24 h), le soutien aux élèves en difficulté dans les savoirs fondamentaux (24h).

Les missions forfaitaires concernent : la coordination et la prise en charge des projets d’innovation pédagogique ; l’appui à la prise en charge d’élèves à besoins particuliers.

Chacune de ces missions est rémunérée 1 250 euros brut.

(Voir détails ci-dessous.)

Le pacte en collège et lycée général et technologique présente également deux types de missions.

Celles de face-à-face pédagogique quantifiables concernent : le remplacement de courte durée (18h), considéré comme prioritaire ; le dispositif « devoirs faits » (24 h), les dispositifs « stage de réussite » et « école ouverte » (24 h) ; l’intervention dans le cadre de la découverte des métiers au bénéfice des collégiens.

Les missions forfaitaires concernent : la coordination et la prise en charge des projets d’innovation pédagogique ; l’appui à la prise en charge d’élèves à besoins particuliers ; l’encadrement de la découverte des métiers en 5e 4e et 3e.

Chacune de ces missions est rémunérée 1 250 euros brut.

(Voir détails ci-dessous.)

Le pacte du lycée professionnel présente aussi deux types de missions.

Il peut comporter jusqu’à 6 missions dont 4 quantifiables et 2 forfaitaires.

Celles de face-à-face pédagogique quantifiables concernent : le remplacement de courte durée (18h), considéré comme prioritaire ; le dispositif « devoirs faits » (24 h), les dispositifs « stage de réussite » et « école ouverte » (24 h) ; l’intervention dans le cadre de la découverte des métiers (collégiens) ; l’enseignement et l’accompagnement dans les périodes post-bac professionnel (24 h) ; l’enseignement complémentaire en groupes d’effectifs réduits (24 h).

Les missions forfaitaires concernent : la coordination et la prise en charge des projets d’innovation pédagogique ; l’appui à la prise en charge d’élèves à besoins particuliers ; l’encadrement de la découverte des métiers en 5e 4e et 3e ; l’accompagnement des élèves en difficulté ; l’accompagnement vers l’emploi.

Chacune de ces missions est rémunérée 1 250 euros brut.

(Voir détails ci-dessous.)