Numérique : des webinaires à la pelle !

Publié le 16/11/2020 (mis à jour le 19/11/2020)

Les 8 et 15 octobre se sont tenus les webinaires SGEN sur le numérique. Le premier était intitulé « hybrider son enseignement », le second, « former les enseignants au numérique ». L’objectif ? Contribuer au développement d’une intelligence collective de l’évolution des professions éducatives.

Le confinement et le plan de continuité pédagogique ont contraint les enseignants à diversifier leurs pratiques pédagogiques. Crise sanitaire oblige, ils n’ont pu être formés en amont. Ces efforts doivent être mis à profit pour adapter ces nouveautés pédagogiques aux enseignements. Les questions abordées pendant le webinaire ont été nombreuses : qu’est-ce que le métier d’enseignant à l’heure de la digitalisation ? Comment le vivent-ils ? Comment les élèves l’appréhendent ? Comment articuler les activités pédagogiques selon les axes présentiel/distanciel et synchrone/asynchrone ?

Contexte extraordinaire

Pendant le confinement, l’enseignement à distance a reposé sur l’auto- développement professionnel, il a questionné l’identité du métier et a permis la découverte de nouvelles ressources pédagogiques.

Edwige Coureau-Falquerho, coordinatrice de l’enquête sur les effets du confinement sur l’activité des professionnels de l’enseignement à l’Ifé- ENS de Lyon.

L’hybridation s’inscrit dans des évolutions socio- culturelles et amène à une diversification des méthodes et des postures pédagogiques. Le webinaire sur l’hybridation a abordé les résultats de l’enquête 91% des répondants ont réalisé des cours en ligne et les ont transposés pour les adapter à la diffusion en ligne. 2/3 déclarent avoir développé des liens avec les familles. L’enquête montre une augmentation de l’auto- formation, une baisse de la collaboration au sein des équipes, de grosses difficultés dans le suivi des élèves et la lutte contre le décrochage scolaire. Les points forts concernent les compétences d’organisation et de communication que les enseignants ont dû mettre en œuvre. Le manque de collaboration avec les collègues et de ressources et de matériel a généré de la souffrance. Plus de 70% des répondants ont déclaré un malaise dans leur activité professionnelle mais paradoxalement soulignent un sentiment de fierté, de curiosité et d’intérêt accru dans leur pratique.

Qu’est-ce que l’hybridation ?

Didier Paquelin de l’Université de Laval au Québec rappelle que les universités notamment nord-américaine sont en avance sur l’hybridation. Au Québec, on parle de comodalité. A Laval, elle est passée de 30% de crédits ECTS à 95%.  « Les universités ont fait preuve de résilience ». L’enseignement évolue. De nombreux IUT ou universités se sont adaptés.  

Simon Tournerie a évoqué la pratique de la classe inversée, en forte augmentation. L’hybridation doit s’appuyer sur les compétences des élèves. Certains se sont adaptés très vite, d’autres ont été complètement démunis. Elle interroge également la pensée critique et la nécessité de repenser le couple enseignant- élève.

L’hybridation ne va pas dans le sens de la réduction des inégalités qui sont un thème des états-généraux du numérique, en lien avec les Territoires numériques éducatifs mis en œuvre par le ministère à la rentrée 2020 pour répondre aux impératifs de continuité pédagogique et réduire la fracture numérique. Les inégalités se traduisent à travers les équipements.

La multiplication des outils déstabilise les enseignants dans leurs pratiques par une surcharge cognitive pour la prise en main des interfaces. Cela créée un problème pour les élèves et leurs familles. Faire des choix dans l'usage des outils va être une étape indispensable dans le second degré.

L’hybridation devra être accompagnée au sein de l'éducation nationale. En France, l’enseignement hybride n’est pas inclus dans les référentiels sauf pour les enseignants-chercheurs à l’université. Les référentiels de certification se sont avérés inopérants. La conclusion du webinaire est sans appel : l’hybridation offrirait une meilleure réussite académique pour les étudiants. Les étudiants réussissent mieux en mode hybride qu’en mode à distance ou uniquement en présence.

Celui sur la formation des enseignants rappelle la nécessité de les former dans les Inspé.

Quelques liens échangés pendant les webinaires :

« les effets du confinement sur l’activité professionnelle des enseignants ».

https://www.campusmatin.com/numerique/pedagogie/ces-3-francais-ont-participe-a-une-analyse-mondiale-de-l-impact-du-confinement-sur-l-education.html

Document de l’association des Vices Présidents du Numérique pour l’enseignement supérieur.

https://www.education.gouv.fr/les-territoires-numeriques-educatifs-306176

Enseigner et apprendre à distance : vers une mutation de la forme scolaire ?" => journée d'étude en accès ouvert à distance à l'IFE le 17 novembre http://ife.ens-lyon.fr/ife/actualites/fichiers/programme-17.11.20-journee-d-etude

L'école d'après, le prochain colloque des Cahiers pédagogiques

https://www.cahiers-pedagogiques.com/Colloque-construire-ensemble-l-ecole-d-apres

Un article international : http://asianjde.org/ojs/index.php/AsianJDE/article/view/462