Journée mondiale des enseignant(e)s-autonomiser les enseignant(e)s, bâtir des sociétés durables

Publié le 05/10/2015

Le 5 octobre, à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s, l’Internationale de l’Education, aux côtés de ses affiliés et de ses partenaires du monde entier, mettra en lumière le nouveau programme pour 2030 et ses Objectifs de développement durable, ainsi que le rôle fondamental que joueront les enseignant(e)s dans sa mise en œuvre.

« Chaque année, lors de la Journée mondiale des enseignant(e)s, nous célébrons les éducateurs/trices et leur rôle central dans l’offre d’une éducation de qualité à chaque enfant », peut-on lire dans une déclaration conjointe publiée à l’occasion de la Journée mondiale des enseignant(e)s (JME) par l’UNESCO, l’Organisation internationale du Travail (OIT), l’UNICEF, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et l’Internationale de l’Education (IE).
«Aujourd’hui, à l’heure où la communauté internationale fait converger ses forces pour soutenir le nouveau programme des Nations Unies pour 2030 et ses Objectifs de développement durable, ce rôle central n’a jamais été aussi important », ont indiqué ces organisations internationales.

Un objectif d’éducation
Le nouvel objectif d’éducation, l’ODD 4, qui réside au cœur de l’agenda pour l’éducation 2030, appelle à une éducation de qualité inclusive et équitable, ainsi qu’à la promotion d’opportunités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.
Les organisations mondiales soulignent le fait que « la réalisation de cet objectif est essentielle pour atteindre toutes nos cibles de développement à l’échelle mondiale [...] car une société forte repose sur des citoyen(ne)s bien éduqué(e)s et des travailleurs/euses bien formé(e)s ».
Ce programme pourra uniquement devenir réalité si la société « investit dans le recrutement, le soutien et l’autonomisation des enseignant(e)s », ajoutent-elles. Cependant, dans le monde actuel qui est le nôtre, « de trop nombreux/euses enseignant(e)s sont dévalorisé(e)s et privé(e)s de leur autonomie ».

Des enseignant(e)s de qualité
Selon l’Institut de statistique de l’UNESCO, il faudrait recruter 12,5 millions d’enseignant(e)s du primaire dans le monde entier pour atteindre l’objectif d’éducation primaire universelle d’ici 2020. En outre, pour pouvoir parvenir à une éducation secondaire inférieure universelle d’ici 2020, plus de quatre millions de nouveaux postes d’enseignant(e)s du secondaire inférieur doivent également être créés.

En s’engageant à mettre en œuvre l’agenda pour l’éducation 2030, les Etats membres des Nations Unies promettent d’augmenter de façon considérable le nombre d’enseignant(e)s qualifié(e)s. Pour ce faire, différentes mesures devront être mises en place, notamment au regard de la coopération internationale en matière de formation des enseignant(e)s dans les pays en développement, tout particulièrement dans les pays les moins développés et les petits Etats insulaires en développement. Il s’agit là d’une étape cruciale et « nous devons tenir nos engagements ».
Les gouvernements doivent « redoubler d’efforts pour entamer un dialogue avec les enseignant(e)s et leurs organisations » et « intensifier leurs efforts en vue de veiller à ce que des enseignant(e)s suffisamment qualifié(e)s, bien déployé(e)s, motivé(e)s et soutenu(e)s, soient présent(e)s dans chaque école, dans chaque communauté et pour chaque enfant », ont déclaré les organisations.

Des conditions de qualité
Les organisations mondiales ont également insisté sur le fait que les enseignant(e)s devaient être autonomisé(e)s et pouvoir bénéficier de conditions de travail décentes, de ressources suffisantes, d’environnements de travail sûrs et sains, de la confiance, de l’autonomie professionnelle et de la liberté académique.
Ces organisations ont réaffirmé le fait que la Recommandation OIT/UNESCO concernant la condition du personnel enseignant (1966), la Recommandation de l’UNESCO concernant la condition du personnel enseignant de l’enseignement supérieur (1997) et les Directives de l’OIT sur la promotion du travail décent pour le personnel de l’éducation de la petite enfance (2014) constituaient des normes internationales et des références essentielles pour la profession enseignante.

C’est pourquoi, en cette première édition de la JME après l’adoption d’un agenda de l’éducation pour le développement mondial, les organisations appellent la communauté internationale à valoriser, soutenir et autonomiser les enseignant(e)s du monde entier « car ce sont eux/elles qui éduqueront la nouvelle génération d’enfants qui, à leur tour, feront progresser tous nos objectifs visant à bâtir un monde meilleur pour tous ».

Les affiliés de l’IE célèbrent la JME
Au lendemain de l’adoption de l’ODD 4, cette édition de la JME sera célébrée de diverses façons par de nombreux affiliés de l’IE à travers le monde.
En savoir plus: http://www.ei-ie.org/fr/news/news_details/3734

      

En savoir plus
sur ce sujet

Ouganda: les enseignant(e)s dévoilent leur manifeste 2016
Dans leur manifeste, les enseignant(e)s demandent au prochain gouvernement ougandais d’accroître les fonds alloués à l’éducation, afin de garantir la qualité de l’enseignement et de l’apprentissage pour l’ensemble des élèves. en savoir plus

Russie: « la rémunération en fonction des performances inquiète les enseignants »
En Russie, les procédures d’évaluation des enseignant(e)s et la rémunération en fonction des performances sèment le trouble au sein de la profession. Le syndicat de l’éducation russe a fait part de son inquiétude aux autorités publiques des régions, des districts et des municipalités de tout le pays. en savoir plus

Kenya: fermeture des écoles suite au durcissement du bras de fer entre le gouvernement et le personnel enseignant
Alors que les tensions ne cessent de croître, le personnel enseignant kenyan a décidé de laisser les écoles publiques et privées portes closes, suite au refus du gouvernement d’appliquer une augmentation salariale attendue de longue date et ordonnée par les autorités judiciaires, jugeant ce prononcé impossible à mettre en œuvre. en savoir plus

Plus d'informations ?
www.ei-ie.org
L'Internationale de l'Education est la voix des enseignan(e)ts et des employé(e)s de l'éducation à travers le monde. En tant que fédération mondiale d'environ 400 syndicats répartis dans plus de 170 pays et territoires, elle représente 30 millions d'enseignant(e)s et d'employé(e)s du secteur de l'éducation dans les institutions éducatives, des établissements d'éducation de la petite enfance aux universités.