Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire

Publié le 11/10/2016

A l’heure d’une recrudescence des offensives réactionnaires contre l’École, à base de propagande mensongère, le Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire auquel appartient la Fep-CFDT rappelle qu’on ne peut pas s’en prendre impunément aux personnels de l’éducation nationale.

 

 

La justice condamne les Journées de Retrait de l’École pour diffamation à l’encontre d’une enseignante.

 

Le 19 mai 2016, le tribunal correctionnel de Tours reconnaît la diffamation dont a été victime une enseignante d’une école de Joué-lès-Tours au printemps 2014, accusée d’attouchements, dans une vidéo publiée par l’association JRE (Journées de Retrait de l’École) sur son site. Ces graves accusations avaient été faites afin de remettre en cause l’école publique et notamment sa mission de former tous les futurs citoyens et toutes les futures citoyennes à l’égalité filles-garçons (par des dispositifs tels que les ABCD de l’Égalité).

 

Mmes Hassan et Belghoul (représentantes du mouvement) sont condamnées respectivement à des peines d’amende de 4 000 et 5 000 euros. Ce jugement s’accompagne d’une peine supplémentaire, à savoir la publication du dit-jugement, à leurs frais, dans la Nouvelle République, Le Monde et le Figaro. Au titre civil, Mmes Hassan et Belghoul sont également condamnées à verser solidairement 12 000 euros de dommages et intérêts ainsi que 1 000 euros chacune au titre de l’article 475.1 du code de procédure pénale. Cependant cela ne dédommage pas le préjudice professionnel et la souffrance morale de la collègue.

 

 

Collectif éducation contre les LGBTphobies en milieu scolaire