L'Internationale de l'Education

Publié le 18/09/2015

8 SEPTEMBRE - JOURNÉE INTERNATIONALE DE L’ALPHABÉTISATION. LE PLAISIR DE LIRE, LE PLAISIR D’APPRENDRE. RIEN DE PLUS SIMPLE ME DIREZ-VOUS... POURTANT, TROP DE GENS SUR LA PLANÈTE N’Y ONT PAS ACCÈS, QU’IL S’AGISSE D’ENFANTS OU D’ADULTES. L’INTERNATIONALE DE L’EDUCATION ŒUVRE SANS RELÂCHE EN LEUR NOM AFIN DE GARANTIR QUE LES GOUVERNEMENTS RESPECTENT LEURS OBLIGATIONS EN MATIÈRE D’ÉDUCATION

 

 

     ie1                                                                               

Les enseignant(e)s dominiquais(es) et leur famille ont plus que jamais besoin d’aide.L’Internationale de l’Education a lancé un appel d’action urgente, invitant tous ses membres à faire preuve de solidarité envers les enseignant(e)s dominiquais(es) et leur famille à la suite de la tempête tropicale Erika qui a profondément dévasté la Dominique, une île des Caraïbes. >>>>>

ie2  

Un rapport de l’UNICEF tire la sonnette d’alarme sur la «génération perdue» d’enfants non scolarisés en raison de la guerre. Un nouveau rapport de l’UNICEF révèle que plus de 13 millions d’enfants du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ne peuvent se rendre à l’école en raison des conflits qui ébranlent la région, soulignant également que les établissements scolaires doivent demeurer des havres de paix. >>>>> 

     
ie3  

L’Amérique latine lance une stratégie anticommercialisation. Les syndicats de l’éducation d’Amérique latine se sont réunis au Chili afin d’élaborer une stratégie commune visant à déjouer la hausse de la privatisation et de la commercialisation de l’éducation, conformément aux dernières priorités politiques de l’Internationale de l’Education. >>>>> 

   

 

ie4  

Les syndicats et la société civile réagissent fermement à la promotion par un magazine des écoles « low cost » à but lucratif. La réaction des syndicats de l’éducation et de la société civile ne s’est pas fait attendre et c’est avec la plus grande fermeté que leurs représentant(e)s ont condamné l’article biaisé publié par The Economist, soutenant sans vergogne le déploiement d’écoles « low cost » à but lucratif dans les pays en développement. >>>>>