Négociation annuelle obligatoire (NAO) : La Fep-CFDT signe l’accord au nom de l’intérêt général

Publié le 18/07/2017 à 11H33
C’est la première fois qu’une Négociation Annuelle Obligatoire (NAO) avait lieu dans le cadre de la toute nouvelle convention collective de l’Enseignement Privé Non Lucratif (EPNL). Mais les trois composantes du collège employeur n’ont pas «joué collectif», c’est le moins qu’on puisse dire. 

A l’arrivée, il y a donc des mal lotis et ce sont notamment les personnels des cinq universités catholiques et les psychologues. Ils n’auront rien. Pour les personnels des écoles d’ingénieurs et de management, la revalorisation sera bien timide et ne les concernera pas tous. 

90 % des personnels du champ conventionnel par contre, et entre autres les Salariés de l’Enseignement Privé (SEP), bénéficieront de + 0,7 % et ceux appartenant aux strates III et IV d’un déplafonnement de leur ancienneté. Avec la revalorisation obtenue pour les personnels des strates I et II lors d’une précédente négociation, cela constituera une avancée importante pour une majorité de salariés au regard d’une inflation de 0,7 % en juin sur les 12 derniers mois. 

Encore faut-il que la signature de la Fep-CFDT ne soit pas contestée pour que cet accord s’applique. Mais c’est peu probable car il faudrait alors expliquer la raison pour laquelle ces mesures seraient moins favorables via une décision unilatérale du collège employeur. Ce qui hélas s’est déjà produit dans le passé. 

Les organisations syndicales qui ne s’engagent jamais s’indigneront comme toujours. Les autres diront que le compte n’y était pas. Mais toutes se satisferont finalement que la Fep-CFDT ait pris ses responsabilités en osant s’engager pour l’intérêt général et le plus grand nombre. 

Pour autant, la Fep-CFDT n’entend pas passer par «perte et profit» le peu de résultat pour les autres personnels. La confédération employeur leur a adressé un très mauvais signal, l’Association des Employeurs des Universités et Instituts Catholiques (AEUIC) en premier lieu. Elle devra en répondre à très court terme.