CP. Fep-CFDT - Rythmes scolaires : il faut s’attaquer aux vraies difficultés

Publié le 08/11/2013 à 13H28
En toute logique, la Fep-CFDT n’appelle pas, le 14 novembre prochain, les personnels de l’enseignement privé sous contrat à des actions pour demander le retrait du décret sur la semaine de 4,5 jours.


Communiqué de presse

Rythmes scolaires : il faut s’attaquer aux vraies difficultés

En toute logique, la Fep-CFDT n’appelle pas, le 14 novembre prochain, les personnels de l’enseignement privé sous contrat à des actions pour demander le retrait du décret sur la semaine de 4,5 jours.

La Fep-CFDT a soutenu ce décret car elle est favorable à une  semaine de 4,5 jours qui :

  • dégage 5 matinées de classe, moments plus favorables aux apprentissages des élèves, et donne ainsi plus de moyens de réussite pour tous les élèves,
  • concourt à réduire la lourdeur de la journée de classe, tant des élèves que des enseignants.
  • offre la mise en place de Temps d’Activité Périscolaires financés par les fonds d’amorçage en faveur de tous les élèves, enseignement public  et enseignement privé confondus, quelle que soit la commune d’origine.

La Fep-CFDT ne méconnait pas bien entendu les difficultés de mise en œuvre de la réforme. Dans son champ d’activité, ces difficultés sont dues à :

  •  l’insuffisance de dialogue avec les personnels,
  •  la coopération souvent insuffisante avec les collectivités territoriales ou du refus de celles-ci de considérer comme partenaire à part entière ces mêmes établissements,
  •   l’insuffisance de moyens pour le temps péri-éducatif de l’enfant,
  • des exigences particulières de certains responsables locaux de l’enseignement privé vis à vis des enseignants,
  • des informations erronées diffusées çà et là.

Ce sont à ces difficultés qu’il faut s’attaquer.
La Fep-CFDT effectue actuellement une enquête auprès des personnels pour mieux connaître les effets positifs de cette organisation ou les difficultés rencontrées, et ainsi agir sur l’avenir.