Communiqué Fep : À propos d’un certain manuel bioéthique de la Fondation Lejeune

Publié le 03/10/2016

La mise à disposition d’un «manuel bioéthique» édité par la fondation Lejeune dans un établissement privé sous contrat catholique déchaîne manifestement la polémique. 

Ce manuel n’est pas nouveau et ce n’est pas la première fois que cette fondation bien connue pour sa violente opposition au droit à l’avortement le diffuse dans des établissements privés, catholiques de préférence. 

Attachée au droit des femmes à disposer de leur corps, et par conséquent au droit à l’avortement, la CFDT comprend que ce manuel et son contenu puissent susciter des réactions, vives parfois.  

La présence de cet ouvrage dans un établissement sous contrat avec l’état n’est pas illégale tant que l’ouvrage n’est pas subrepticement introduit dans les classes et n’interfère pas avec les programmes d’enseignement. 

Cela n’interdit pas néanmoins de la discuter car l’avortement est un sujet qui exige d’être traité avec délicatesse, bienveillance, respect et compréhension. 

Or, le choix d’utiliser l’ouvrage tendancieux de la fondation Lejeune n’est pas un acte anodin. C’est un acte militant et il ne faut pas s’étonner alors de ce qu’il engendre. 

Si la loi permet à un établissement privé sous contrat d’user de son caractère propre pour porter, dans le cas présent, une position d’église, la CFDT considère comme légitime l’obligation de la confronter aux choix éthiques que la République a décidé d’inscrire dans ses lois. 

C’est ainsi que le respect du caractère propre et l’exercice de la liberté de conscience peuvent, dans les établissements privés sous contrat, cohabiter de manière sereine et pacifiée.

 

ss