Communiqué de presse : Enseignant, concertation dans le privé : ce n’est pas gagné !

Publié le 12/11/2015

Octroi des Indemnités de Missions Particulières (IMP), mise en place de la réforme du collège, ce sont là deux exemples pour lesquels la concertation au sein des établissements est primordiale.

En second degré, si elle ne se décline pas sous les mêmes formes dans le privé sous contrat, elle apparaît néanmoins dans les textes réglementaires. De plus, dans l’Enseignement catholique, un texte adopté en juillet dernier impose incite clairement à la mise en place dans chaque établissement d’une instance de concertation.
La concertation est un mot qui fait peur dans l’enseignement privé, ce que nous savions. La faire admettre comme un principe intangible demandera bien plus que de vagues souhaits. Pour preuve, la Fep a lancé une enquête sur la distribution des IMP. Les résultats ne sont pas surprenants mais ils sont cependant inquiétants.
Le Secrétariat général de l’enseignement catholique et les responsables des organisations professionnelles de chefs d’établissement ont été interpellés. Ci-joint un extrait de notre enquête : 

I- Dans votre établissement, le choix des personnes recevant une IMP à la rentrée 2015 s'est fait :

  • sans concertation des équipes enseignantes 73 %
  • après concertation d'une partie seulement des enseignants concernés 17 %
  • après concertation de l'ensemble des enseignants de l'établissement 7 %
  • après concertation de l'instance pédagogique créée à cet effet 3 %

II- Le montant de chaque IMP s'est fait :

  • sans concertation des équipes enseignantes 83 %
  • après concertation d'une partie seulement des enseignants concernés 11 %
  • après concertation de l'ensemble des enseignants de l'établissement 4 %
  • après concertation de l'instance pédagogique créée à cet effet 2 %