Communiqué de la Fep-CFDT : S’associer à la mobilisation du 26 janvier ?

Publié le 21/01/2016

Au vu de la situation actuelle, concernant les salaires et les difficultés de la mise en œuvre de la réforme du collège, nous pouvons comprendre la tentation pour certains d’y participer. Mais nous ne leurrons pas. La journée du 26 janvier ne permettra pas de répondre aux attentes légitimes des personnels.

Concernant les salaires, rien n’’interdit aux organisations syndicales à l’initiative de la mobilisation (FO, CGT, Solidaires) de demander plus que ce qu’ils ont repoussé. Mais encore faut-il que ce qui a été obtenu par d’autres organisations syndicales, dont la CFDT, soit connu :
-   Deux milliards d’euros de plus pour les rémunérations des fonctionnaires et assimilés à court terme et cinq autres milliards d’ici 2020,
-   Des déroulements de carrières plus équitables qui assureront un droit à la promotion de tous les agents.
-   Une amélioration des débuts de carrière pour rendre les métiers plus attractifs.
-   Un rendez-vous salarial annuel qui doit permettre le dégel du point d’indice dès février 2016.

Concernant la réforme du collège, depuis qu’elle est annoncée, la Fep-CFDT agit pour que les conditions de sa bonne mise en œuvre soient réunies. Elle a posé en ce sens 4 exigences :
-   Aucune perte sèche d’emploi,
-   Formation et accompagnement des équipes,
-   Elaboration concertée de la mise en place de la réforme,
-   Temps de réflexion sur temps de travail,

De fait, la Fep-CFDT constate que les conditions ne sont pas réunies à ce jour et ce, malgré ses interpellations répétées auprès du Ministère et des réseaux de l’enseignement privé (Enseignement catholique, juif, musulman et laïc ainsi que les organisations professionnelles de chefs d’établissement de l’enseignement catholique).

La Fep-CFDT doit par conséquent continuer à agir pour obtenir une réponse positive à ses légitimes demandes. La journée du 26 janvier ne sera en ce sens d’aucun secours, bien au contraire.

Pour autant, la Fep-CFDT n’exclut pas d’appeler à la mobilisation dans les semaines à venir si la situation actuelle perdurait, en appelant les organisations syndicales qui partagent les mêmes approches sur la réforme du collège.