Action syndicale

Publié le 04/12/2012 à 14H15
Le président de la république n'a pas convié les représentants des syndicats du privé lors de son investiture...
Action syndicale
Action syndicale
Le président de la république n'a pas convié les représentants des syndicats du privé lors de son investiture...

 

Les discours sur la volonté d’un  dialogue social renouvelé, la réaffirmation d’une concertation nécessaire et enrichissante avec les corps intermédiaires, avaient permis d’espérer que les syndicats seraient des interlocuteurs reconnus, représentant les personnels de l’enseignement sous contrat et porteurs de propositions cohérentes avec les intentions présidentielles. Consternation ! Réaction de la Fep.

Dans sa lettre, le secrétaire de la Fep-CFDT, Bruno Lamour le rappelle :

Nous représentons les personnels des établissements d’enseignement et des entreprises de la formation privés et parmi eux, ceux qui exercent dans des établissements privés sous contrat avec l’Etat. Ces établissements, même si cela reste à préciser, remplissent une mission de service public. Ils sont  donc, eux aussi, une composante de l’Ecole de la République. La majorité de leurs enseignants sont des agents de droit public ayant pour employeur l’Etat. Hélas, cela ne fait pas encore sens pour tous dans notre pays puisque nous sommes régulièrement contraints à devoir le rappeler, en premier lieu à nos deux ministères de tutelle, l’Education nationale et l’Agriculture (…).

Demande d’audience aux ministères

Bruno Lamour appelle à concrétiser les paroles en actes en associant réellement les syndicats de l’enseignement sous contrat aux réflexions concernant le système éducatif et notamment, à court terme, à la préparation de la loi d’orientation sur l’Ecole. C’est dans cet objectif que des demandes d’audience ont été effectuées auprès de Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, et de Stéphane le Foll, ministre de l’Agriculture.