Rien ne va plus pour les établissements agricoles

Publié le 04/12/2012 à 14H15
La deuxième rencontre entre les organisations syndicales et le collège employeur s'est soldée par un nouvel échec. Les employeurs ont, à nouveau, avancé leur discours convenu d'austérité générale pour refuser de négocier sur les salaires. Deux constats qui s'opposent radicalement.

 La Fep souligne que l’augmentation constante et substantielle de la subvention de fonctionnement (supérieure à 3 % par an de 2002 à 2009) et la stagnation de la masse salariale pourraient permettre une ouverture sur les salaires. Il pouvait être engagé une négociation argumentée qui avait déjà échoué en 2009.

 Face au discours d’austérité des employeurs la Fep s’interroge sur la réelle volonté des établissements de communiquer les bilans sur les emplois et les comptes des associations aux instances représentatives du personnel. Elle s’interroge aussi sur la qualité des bilans économiques et financiers établis sur des résultats 2007-2008, avant la dotation complémentaire de 2009. Elle n’accepte pas une négociation sans les données sur l’emploi et les salaires de la branche qui ne sont toujours pas communiquées.

 Dans un tel climat il convient de constater que vérité et transparence sont mises à l’épreuve dans ce secteur. Reste à savoir si ce dernier est bel et bien  sinistré ou « sinistrosé » ?