Newsletter agricole n° 75

Publié le 04/02/2019

Depuis de longues semaines, la France est marquée par des mouvements sociaux (gilets jaunes, stylos rouges..) qui nous interpellent profondément, nous, organisations syndicales. Ils nous confortent aussi sur la pertinence de nos revendications, en premier lieu celles de salaires décents pour tous les enseignants et les personnels de droit privé. C’est le sens des pétitions que la Fep-CFDT vous appelle à signer et à faire signer.

Mais le gouvernement et le ministre de l’agriculture doivent aussi nous entendre quand nous réclamons une Dotation Globale Horaire (DGH) en cohérence avec les référentiels fixant les volumes horaires nécessaires à la formation de professionnels compétents. Pourtant, au lieu de cela, des postes supprimés. Combien encore ? Et combien de situations personnelles dramatiques, cette année, et l’année prochaine ? Combien d’espoirs déçus malgré l’attachement à ce métier ? Notre préoccupation va vers ces collègues concernés par la fermeture annoncée, ou programmée, de classes voire de leur établissement. La FEP-CFDT agira pour accompagner tous les personnels dans leur démarche de mutation ou de formation (reconversion).
Bâillonnés par un gouvernement qui a « discrédité leur parole » (Laurent Berger), les syndicats doivent retrouver voix au chapitre. Chaque organisation, chaque militant et chaque citoyen peut prendre sa place dans le grand débat national dont l’enjeu est d’importance : « Il peut permettre l’expression des citoyens et constituer autant de moments de démocratie participative que la CFDT appelle à renforcer depuis plusieurs années » (Laurent Berger).
Faisons collectivement et individuellement porter cette voix jusqu’aux institutions et jusqu’aux employeurs qui doivent prendre en compte les demandes des salariés. Le dialogue doit préexister à toute action ; exigeons-le, initions-le, promouvons-le, nourrissons-le partout, pour tous…

SUIVEZ LE LIEN