Education : Le socle commun en France et ailleurs

Publié le 04/12/2012 à 14H15
Les 3 et 4 décembre s'est tenu un colloque sur le socle commun, organisé par l'IREA du Sgen-CFDT. Ce fut l'occasion de dresser un état des lieux de sa mise en place dans un certain nombre de pays européens. Spécialistes en sciences de l'éducation, inspecteurs de l'Education nationale, représentants du Haut Conseil de l'Education (HCE), se sont succédé pour parler du «cas » français.

 

Deux approches et deux résultats très différents

En Belgique ce fut un échec car aucune formation professionnelle n'a accompagné cette réforme. Les intentions politiques de 1997 ne répondaient pas aux réalités du terrain.

Au Luxembourg, suite à un mauvais classement Pisa, une grande  réflexion fut menée autour de l'accompagnement et du suivi des élèves.

 Et en France ?

Les principales difficultés principales rencontrées sur le terrain sont :

  • le manque d'explication et de formation auprès des enseignants,
  • la confusion entre les savoirs disciplinaires et les compétences,
  • la complexité de l’évaluation de la compétence. 

 La réflexion est en marche. Du collège unique institué en 1975 au socle commun qui permettra de le faire évoluer positivement, la Fep-CFDT réfléchit à l’évolution du diplôme national du brevet (DNB), au temps et à la formation nécessaire pour les enseignants.